Petite histoire d’une pls 2/?

Alors je suis allé au urgences… Ou plutôt mon père m’a emmené aux urgences. Et comme on est des gens organisés, on a emmené tout ce qui faut pour les urgences :

  • Moi, d’abord,
  • Mon carnet de santé,
  • Des petits gateaux,
  • Des petites bouteilles
  • De la petite lecture (pour ma part, deux magazines de 250 pages chacun),
  • Une petite tente,
  • Et tout un petit tas de petit trucs pour nous permettre d’attendre et survivre en milieu hostile !

 

C’est après deux longues minutes que j’ai été pris en charge. Bon… j’avoue qu’au vu de notre préparation, j’étais presque déçu… Mais j’avais surtout mal au bide, donc j’ai filé droit ! On m’a mené à une infirmière qui m’a fait un premier examen standard, très rapide. Puis on m’a demandé d’attendre dans un couloir.

 

Quaaaaatre minutes plus tard, j’ai de nouveau été pris en charge. L’attente aux urgences, c’est plus ce que c’était…

 

Bon, à ce point, il est pertinent d’expliquer que je ne pensais passer qu’un rapide examen avant de rentrer chez moi. 

 

On m’a emmené dans un box des urgences ou un brancard et une blouse d’hôpital m’attendaient. Ah.. On en est là… Mais euh… j’ai juste mal au ventre hein… et je commence un travail lundi quoi…

 

L’attente m’a répondu.

 

L’attente s’est laaargement rattrapée.

 

LAAAAAARGEMENT.

 

Sur deux heures, j’ai fais :

  • 5 minutes d’examen urinaire,
  • 5 minutes de prise de sang (deuxième de la journée),
  • 5 minutes d’entretien avec l’aide soignant,
  • 5 minutes d’entretien avec le médecin.

Voilà… Sinon j’ai attendu… Seul…. En caleçon sous ma chemise d’hôpital… J’ai connu des meilleurs samedi soir quoi…

Finalement, le médecin m’a dit qu’on attendait les résultats de la prise de sang, ce qui prendrait au moins deux heures.

 

Cool GIF - Cool GIFs

 

Me voilà dans le couloir des urgences, toujours en caleçon, toujours sous ma chemise d’hôpital, toujours malade. Et j’ai soif et j’ai faim et je ne peux pas manger.

 

COOL

 

Bien heureusement, de gracieuses âmes m’ont tenu compagnies par la magnifique voie technologique que sont les SMS. Je pense que sans eux, j’aurai craqué. Car ce n’était que le début de l’attente.

 

Deux heures plus tard…

et quelques minutes…

 

Effectivement monsieur, vous avez un bilan hépatique perturbé.”

 

BAH C’ETAIT BIEN LA PEINE D’ATTENDRE…

 

Du coup on va vous faire une échographie abdominale pour vérifier que vous n’attendez pas des quadruplés.”

 

OkOk… Donc en somme… j’attends quoi. Cool.

 

J’attends. Longtemps. On me déplace d’un couloir d’urgence à un autre, pour faire de la place. Peu à peu, j’ai pas mal l’impression d’être rangé dans une voie de garage. Je pense à beaucoup de choses, je philosophe un peu, je discute avec mes gracieuses âmes. Finalement, la pensée la plus profonde qui m’aura traversé l’esprit aura été :

 

En fait les urgences, c’est un amas de gens en sous-vêtements qui attendent. Et un mec qui gueule pour aller pisser.”

 

Vers 1h du matin, je commençais doucement à sombrer sur mon brancard, quand une infirmière est venue vers moi.

” – Monsieur je vais vous déplacer.

Monsieur ? Monsieur !

HEIN QUOI JE DORS PAS !

Je vais vous emmener pour votre écho monsieur.

Ah, chouette ! 🙂

 

Me voilà donc roulant fièrement sur mon brancard vers un petit box doté d’une machine à détecter les bébés. Le radiologue a fini par arriver. Après quelques rapides examens, le diagnostique tombe : j’ai une angiocholite, un truc pas rigolo à base de caillot et de vésicule biliaire, mais sans danger quand on le prend assez tôt (je crois). C’est donc officiel : je vais être hospitalisé. Ce qui veut dire que je vais avoir un vrai lit. Enfin, dans une ou deux heures quoi…

 

Ma dernière expérience aux urgences aura été ce brancardier ma remarque “Je ne sais pas si c’est important, mais j’ai les urines très foncées, genre presque rouge sang”, ceci :

 

Il faudra le dire à une infirmière monsieur, moi à part me moquer je ne peux rien faire !

 

Leave a Reply