Petite histoire d’une pls 1/?

Mercredi, 20 mars, 11h22, impossible de dormir. Pourtant je suis épuisé, mes yeux se ferment seul alors que j’écris ces lignes, mais je n’arrive plus à dormir ici. Mais reprenons depuis le début.

 

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

 

Mardi 5 mars, 9h05. Je me lève, comme à mon habitude, pas trop tard pour profiter de la journée. Enfin, “pas trop tard” pour un mec au chômage quoi… ça fait quelques temps que je suis dans cette situation, mais ça devrait changer prochainement. J’ai passé quelques entretiens prometteurs, et on devrait probablement m’appeler dans les prochaines 24h pour m’annoncer que c’est bon, je suis pris. C’est que ça tombe bien, ce soir on a décidé de se retrouver avec les copains dans un bar, le Yellow truc monkey…, ou le singe jaune machin… pour la première fois depuis des mois !

 

Comme à mon habitude, je me lève pas trop tard pour pas faire grand chose de constructif. Séries, jeux-vidéos, je suis un peu le cliché du chômeur qui vit chez mes parents. Perdu au fin de ma banlieue, un des seuls trucs qui me font sortir, c’est l’escalade. A part ça, mes projets battent un peu de l’aile, et je n’ai pas vraiment d’autres occupations.

 

Midi arrive, je me fais une grosse plâtrée de… je ne sais plus trop j’avoue, et je la fini… Et j’aurai pas dû…

 

J’ai un peu mal au ventre quand même, je me sens un peu bidonné… L’après midi passe, mais le trop plein, lui, ne passe pas. Alors comme tout un chacun ferait, je décide d’aller boire ces coups avec les copains, et de les agrémenter d’un peu de poutine. C’est vrai quoi, ça n’a jamais fais de mal à personne la poutine !

 

A partir de ce jour, je n’ai pas cessé d’avoir mal au ventre. Après une semaine, j’ai senti une légère amélioration qui m’aura permis de me rendre à l’entrainement, mais ça sera pour rechuter quelques jours plus tard. Moi, de mon côté, je me dis, c’est un peu bizarre quand même… M’enfin c’est qu’un mal de ventre, ça va passer…

 

Flashback 10 ans plus tôt, quand j’ai eu ma crise d’appendicite…

 

Mais siiiii, ça va passer.

 

De toute façon, je commence le travail lundi prochaine, donc je peux pas être malade ! C’est scientifique !

 

Je crois :/

 

Jeudi soir, j’ai quand même de gros frissons… Genre de très très gros frissons… Roulé en boule sous 4 couvertures, je grelotte en tentant de m’endormir à 20h40, pour me réveiller quelques heures plus tard, baignant dans ma sueur : ça y est je suis mort, je me dirige en enfer ! C’est tout ce qui pourrait expliquer cette chaleur ! Ou un épisode de fièvre assez intense. Je finis par me rendormir et me reveille, grelottant à nouveau.

 

Au matin, je me dis qu’il faudrai peut être consulter quand même… 17h, je rentre dans le cabinet de mon médecin à qui je raconte tout ça. Il m’ausculte, me pose des questions, pour conclure par un splendide

 

Je suis perplexe M. BENOIT.”

 

Alors zou ! Bilan sanguin complet, analyse du caca (lol il a dit caca), et échographie abdominale, pour vérifier que je n’attends pas des triplés…

 

Lendemain matin, 8h, la tête dans… les nuages, labo, prise de sang, maison, pti dej, dodo.

 

Même jour midi, déjeuner, on est bien (non), on mange bien (oui), le téléphone sonne (quoi ?), ma mère va répondre (et après ?), revient en parlant de moi (arrête), m’observe dans le blanc des yeux (ok.) et dit

 

Mais c’est vrai qu’il est jaune ce garçon !

 

Mais wesh, c’est toi la jaune.

 

Bon, c’était le labo qui appelait pour annoncer un bilan hépatique perturbé, du coup, on appelle le 15 pour avoir un avis médical, qui nous conseille d’aller voir le médecin de garde. Celui-ci m’ausculte et me dit

Frer, c’est chaud, va aux urgences

Alors je suis allé aux urgences.

 

Et maintenant je vais dormir. Love <3

 

Protip : si un week-end ou une nuit vous avez un problème médical qui ne semble pas urgent à proprement parler, voilà la solution : appeler le 15, annoncer que ce n’est pas une urgence et que vous aimeriez un avis médical. Vous serez mis en contact avec un médecin de garde qui vous posera les questions qui vont bien. Si une consultation est nécessaire, il vous enverra voir un autre médecin de garde qui se trouve dans un cabinet fermé : vous aurez un code pour entrer. Voilà, ça peut toujours servir de savoir ça 🙂

 

 

 

 

Leave a Reply