L’envie de voyager

23 octobre 2018, nous avons un léger soucis : il fait 36C° dehors mais -12 dans l’aéroport, nous n’avons plus de voiture pour aller nous baigner dans l’océan qui est de toute façon trop agité pour ne pas risquer d’y laisser nos vies, et il reste quatre heures d’attente avant l’avion qui nous emmène à Mexico City. S’il n’est pas retardé par l’ouragan qui nous foncé dans le lard… Un moment parfait pour vous écrire !

J’ai toujours aimé voyager : depuis mes 6 ans, je suis parti tout les ans, d’abord par le biais de colonies de vacances, puis avec mes amis, voire seul. Et j’adore ça ! Dès que j’ai eu l’occasion, je suis parti à l’étranger : Irlande, Espagne, Allemagne, Croatie ou encore Ouzbékistan en passant par la Californie et l’Alaska, j’en ai vu du pays. Mais ce n’est que plus tard que j’ai compris que ce ne sont pas des « voyages » dans le sens où je l’entends aujourd’hui. Je ne dénigre absolument pas ces expériences qui restent toutes parmi les meilleurs moments de ma vie, mais aujourd’hui j’ai besoin de plus. Et ce besoin, il est né d’interaction avec beaucoup de personnes. Je vais donc essayer de parler d’un maximum d’entre elles.

Si j’étais dans une série, c’est le moment où le générique se lancerai.

Mais je ne le suis pas.

Alors je vous laisse avec de la musique pour faire semblant.

Cheryl Strayed et Ben Stiller

Il y a quatre ans, je rentre tout juste d’Ouzbékistan, secoué par les vacances que je venais de passer. Marier son frère et traverser un pays situé au carrefour de l’ex-URSS, de l’Asie et du Moyen-Orient, ça marque. A l’époque, j’entends ma belle-sœur parler à ma sœur d’un livre : Wild. Il s’agirait du journal d’une femme, Cheryl Strayed, qui a passé l’été 1995 à marcher sur le PCT, un chemin de grande randonnée reliant le Mexique au Canada au travers des Rocheuses. Allez savoir pourquoi, ce rapide pitch m’attire comme un aimant. À l’époque, ma passion pour l’escalade n’était alors qu’un embryon, je n’avais jamais pensé sérieusement à la van-life, aux trecks ou à quoi que ce soit qui me pousse à vivre réellement dans la nature. Mais tout d’un coup, j’avais besoin de lire ce livre.

Cheryl Strayed, 1995

Deux mois plus tard, pour Noël, ma copine de l’époque m’offre la version Epub. Deux semaines plus tard, je le finis une première fois. Fin mars, je le finis une nouvelle fois. À la fin de l’été je le « ferme » pour la troisième fois. Et je répète ce manège encore quatre fois dans l’année qui suit.

Wild est devenu ma Bible.

The Bible

En janvier 2016, mon frère me parle d’un film : The secret life of Walter Mitty.

« Franchement, je m’attendais pas à ce que ça soit aussi sympa »

Je pose Wild deux petite heures pour regarder ce film « sympa » dont je n’attends rien. Et puis je me prend une tarte. Mais la bonne tartine hein, avec la tête qui part de côté, les cheveux de travers et tout. La photo, la musique, le sujet, les acteurs… le message… c’est le meilleur film de ma vie. D’ailleurs je l’ai revu.

Plein de fois. 😐

Cheryl Strayed et Ben Stiller m’ont montré chacun a leur manière ce qu’est le Saut dans l’inconnu. Ils ont été un premier pas vers le changement de ma vie. Stiller m’a même fais découvrir la musique Space Oditty, de David Bowie, qui deviendra l’hymne d’une nouvelle façon de voir mon avenir.

Trois jour après, Bowie meurt d’un cancer du foie quelques jours après. Coïncidence ? Oui x)

Lynn Hill, Shauna Coxsey, Jim Bridwell, Fanny Gibert, Margo Hayes…

Margo Hayes, première femme à enchaîner une voie 9a+

Et toute la clique de grimpeur qui va avec. Il y a un peu plus d’un an, je découvrais le film « Valley Uprising ». Ce long métrage retrace l’histoire de la grimpe dans le parc Yosemite. Royal Robbins, Warren Harding, et plus récemment Alex Honnold, des dizaines de grimpeurs ont forgé l’histoire de ce sport incroyable à coup de cordes, de pitons, de parachutes et de chaussons. Toute ces personnes sont très différentes par leurs philosophies, leurs compétences, leur façon d’appréhender le sport, mais ils partagent tous une chose
L’envie d’aller plus loin, plus haut.

Shauna Coxsey, championne de bloc 2016 et 2017

Que ça soit en compétition avec Fanny Gibert qui a réussi à atteindre le podium au classement général tout en suivant des études d’ingénieur, ou Alex Honnold qui a bouclé une voie de plus de 900 mètres de long en moins de 2 heures, aucun ne voit de limite à ses projets.

Alors pourquoi nous, simples mortels, nous devrions en voir ?

Alex Honnold, première personne à enchaîner The Nose, à Yosemite Park, avec pour seul équipement, ses chaussons

Marine Périn, femme et féministe

Alors Marine, ou plutôt Marinette, comme elle se fait appeler sur Youtube, c’est encore une nouvelle approche, un nouvel angle, et donc, inévitablement un nouveau déblocage. Je l’ai découverte il y a déjà un bon moment… je ne sais pas vraiment quand en fait. Tout ce que je peux dire, c’est que j’ai eu la chance de l’interviewer à l’automne 2016, donc ça fait au moins deux ans.

Marinette, c’est une journaliste qui a décidé de lancer une chaîne sur Youtube dans le but d’être complètement libre autant sur le plan format que contenu. Ce dernier tourne le plus souvent autour du féminisme et je dois dire qu’elle en parle vraiment VRAIMENT bien. Ça sent la sincérité, c’est un vrai bonheur, surtout quand on voit ce qui se fait sur Internet…

Ça faisait donc déjà un bon moment que j’appréciais son travail quand elle a commencé à parler de randonnée. Pour son premier treck, elle décide de partir avec un ami, car, comme un grand nombre de personnes, elle craint de voyager seule. Mais pour son deuxième voyage, elle franchit le pas, et part randonner seule sur le chemin de Compostelle.

Et ça se passe parfaitement super bien.

Et elle décide de monter un podcast, La Bougeotte, pour en parler.

En fait, ce qu’il y a de super avec ce podcast, c’est que ça s’adresse au femmes, mais que concrètement, ça parle à tout le monde. La peur de voyager seul, c’est pas un sentiment qui leur est propre. Idem pour le voyage dans des pays potentiellement dangereux comme l’Iran (du moins plus dangereux que l’Europe occidentale), les lectures de voyage, la van-life, et en fait, tout leurs sujets !

Alors Marinette, en plus d’avoir fini de me convaincre que voyager ce n’est pas vraiment dangereux, ça a été la première a réellement me parler de voyage et à me mettre des étoiles dans les yeux.

Simon Puech et Grégoire …

Simon Puech, c’est le gars qui occupe le haut du podium YouTube que j’ai dans mon petit cœur. Il a débarqué sur le géant de la vidéo il y a bientôt 3 ans, a fait quelques pas hésitants, pour aujourd’hui faire, à mon sens, le meilleur contenu du Youtube français. Mais, bien que ça soit un travail d’une qualité absolument incroyable, qui ferai aimer le jeu vidéo à ma grand-mère, ce n’est pas cette partie qui nous intéresse.

Simon Puech, vidéaste adoré
Crédit photo : Jonathan Bertin
Instagram : @spuech @jonathanbertin

Au début de l’été 2017, il sort sa première vidéo de vlog voyage sur la Scandinavie. Moi qui méprise à l’époque la simple idée de vlog, je me dis :
« Mec, qu’est ce que tu fous ? Parle moi de jeu vidéo ou de société ! »
Mais comme ma curiosité n’a aucune limite quand il s’agit de YouTube, je jette un œil.

C’est magnifique. Peut être même que si je vous disais que j’en ai eu une larme à l’œil, ça ne serait pas une blague. Image, voyage, idée, discours, plans, improvisation… je veux le faire. Je veux faire comme lui,

JE VEUX FAIRE COMME CE MEC !

Près d’un an plus tard, il sort une seconde vidéo, sur la Californie cette fois, géniale une fois encore, mais ce n’est pas celle-ci qui nous intéresse. La plus importante de ses vidéos, pour le moi d’aujourd’hui, et peut être aussi pour le moi+5, 10 ou 20 ans… n’est en fait pas encore sorti… let me explain.
Début septembre, Simon poste un statut sur Youtube (Aka un message pour ses abonnés) où il annonce son prochain vlog qui parlera cette fois-ci de la Slovénie. Il explique que sa vidéo sortira quelques semaines plus tard, mais que Gregsway, le gars avec qui il a fait ce voyage, a déjà publié la sienne.

Introducing Gregsway…

Aussi appelé Grégoire … par… euh sa famille probablement… est une personne dont je n’ai pas trouvé le nom de famille. J’en ai donc déduis qu’il n’en avait pas. Ou bien qu’il fallait chercher plus de 3 minutes. Mais son nom n’aura probablement aucune incidence sur ma vie. Alors que sa chaîne Youtube…

Gregoire, vidéaste également

Sur un fond de paysage montagneux splendide offert par les Alpes slovènes, je découvre Greg, le vidéaste, et Henry, son camping-car. Mais c’est quoi cette chaîne ? Je retourne 10 mois en arrière pour tomber sur le début de son voyage. Novembre 2017 : il achète Henri, un vieux camping-car. Début 2018, il part en mode van-life a travers l’Europe. S’en suit 31 vidéos dans lesquels il traverse la France, l’Espagne, le Portugal, l’Italie et enfin la Slovénie.

Déjà, ça pète.

Vous vous souvenez des étoiles que Marinette me mettait dans les yeux ? Greg, c’est des galaxies entières, des comètes, des nébuleuses qu’il me fout dans la gueule.

Mais surtout, au milieu de cette série, il y a la vidéo. The one.

14 000km de voyage en Van en Europe
https://youtu.be/IQ0TGcEX1Nc

Cette vidéo, elle résume tout la philosophie que je me suis construit ces dernières années.
Saut dans l’inconnu, émerveillement, curiosité, doutes, raisons, objectifs… Tout y est.

Dans le tout premier article de cette série, je concluait en disant que la seule raison de faire une chose folle, c’est qu’on PEUT le faire. J’ajouterai que, quoi qu’il arrive, vous en sortirez grandit. J’en parlais encore hier avec Lola, alors qu’on revenait d’un petit point d’eau à l’écart de la ville (il faut bien que je raconte un peu ce qu’on a fait ces derniers jours :p). Cette façon d’appréhender les décisions à prendre dans ma vie se rapproche pas mal du mode « Yesman » (film avec Jim Carrey) : dire oui a tout pour ne rien regretter.

Comme on dit, il vaut mieux avoir des remords que des regrets dans la vie.

Cette manière de gérer les décisions lui a permis de vivre la vie californienne à fond, de participer a plein de soirées incroyables et d’essayer de nouvelles activités. Moi elle m’a permis de voir un lever de soleil sur le golfe de Californie, de sauter dans un des plus beaux spots que j’ai visité, de nager avec des otaries et tout un tas d’autre magnifiques poissons… en moins d’une semaine…

Petite plage isolée, atteinte en bateau, au milieu d’une réserve naturelle

Je n’ai pas réussi a la convaincre que ce mode peut dépasser le stade des soirées et des activités, pour finalement permettre de voyager pendant des mois entiers, mais je ne lâche pas l’affaire. On me l’a déjà dis cet été, et Greg le redis dans sa vidéo : sortir de sa zone de confort, c’est jamais facile, mais c’est toujours positif.

Deuxième point d’eau, avec des supers spots à plongeon, des vaches et… des sangsues 😐

Des vaches timides d’ailleurs…

Breeeeeef, j’espère que j’ai été clair sur le pourquoi du comment de mes envie de voyages, et puis peut être même que j’en ai convaincu un ou deux… Clara, Quentin, Marianne, un ou deux mois de dispo pour un petit détour ? 😉

En route pour Xalapa

Posted using Partiko Android

Leave a Reply